L'habitat éco-responsable

Construction bois et développement durable au quotidien

Faire du lombricompostage n’est pas aussi facile que cela, je l ‘apprends à mes dépends. Echanger, comparer des informations sur la question, c’est ce que propose l’association « Les jardins d’aujourd’hui » (à Bordeaux Bastide) à travers des rencontres de « Lombricomposteurs ». La réunion du week-end dernier, dirigée par le président de l’association Jean Paul Collaert et Emeric le jardinier, a permis ainsi de faire le point après quelques temps d’apprentissage avec le « kit d’initiation » pour le lombricompostage. Le but étant au final de former des citoyens aptes à composter, ce qui n’est pas encore le cas pour la majorité d’entre nous.

J’ai pris quelques photos des différentes vermicaisses apportées par certains participants. Les résultats sont assez hétérogènes et l’état d’avancement du vermicompost est différent pour chaque caisse, chacun gérant les difficultés à sa manière et à son rythme.

Chaque caisse est inspectée par Emeric, notre guide en matière de lombricompostage.

  • Caisse 1 : elle peut encore être alimentée.
  • Caisses 2 et 4 : les déchets sont trop compacts. Ils faut les « aérer » pour pouvoir les mélanger avec la litière.
  • Caisse 3 : absence de lombrics adultes, ils sont morts faute de nourriture. Mais présence de « bébés » lombrics.
  • Caisse 5 : problème d’odeur en soulevant le litière
  • Caisse 6 :  est en bonne voie pour le compost.
  • Caisse 7: c’est un bon modèle. Elle est pleine, de nourriture et de lombrics. Il faut maintenant la mettre au repos un à deux mois pour laisser le temps aux bêtes d’effectuer leur travail et pouvoir récolter le compost.

Bilan pour ma vermicaisse

Après une inspection rapide, le verdict tombe : il ne se passe plus grand chose dans ma vermicaisse. Mes lombrics ont trop froid, ils sont en état d’hibernation. Ils sont logés dans un abri non chauffé et en hiver ce n’est pas suffisant pour maintenir une température correcte (entre 15° et 25°C). Donc mes lombrics ont cessés toute activité et le processus de compostage est arrêté.

D’un autre côté, ce n’est pas la catastrophe, les vers se sont reproduits (mais ne sont pas assez nombreux), l’humidité dans la caisse est correcte, il n’y a pas d’odeurs. Deux possibilités : je les laisse jusqu’au printemps se reposer ou bien je les réchauffe. Mon but étant de récolter du compost pour le printemps je vais essayer de trouver un hébergement plus approprié.

A noter

  • Les agrumes ne sont pas appréciés par les lombrics sauf si on les lave afin d’éliminer le parfum contenu dans la peau.
  • Les lombrics aiment le sable qui les aide à digérer. On peut en rajouter une tasse à café.
  • La « mouche soldat », c’est le nom de la mouche qui fait parfois son apparition dans les vermicaisses. Le seul moyen de s’en débarrasser est d’éliminer le jus qui se trouve au fond et dans lequel elle pond. Plus de jus, plus de mouche!
  • La caisse d’initiation doit être améliorée : adaptation d’un robinet ou d’un double fond pour récolter le jus en excès.
Retour au dossier : Lombricompostage


Tags Lombric Recycler 2 commentaires


2 commentaires

bonjour ou se trouve votre assos ou acheter des vers? cordialement jm du médoc

jean-marie, le 16 décembre 2008 à 22:12

C’est l’association » les jardins d’aujourd’hui » qui se situe au Jardin Botanique de Bordeaux-Bastide. Pour tout renseignement : Emeric au 0661940243.

Christèle, le 16 décembre 2008 à 22:12


Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou créez un rétrolien depuis votre site. Vous pouvez également souscrire à ces commentaires par RSS. Merci de vous conformer à la netetiquette.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>