L'habitat éco-responsable

Construction bois et développement durable au quotidien

Aux dernières nouvelles mes lombrics étaient en état d’hibernation. Je reviens donc sur ce problème de température. On parle ici de la température de la litière, à l’intérieur de la caisse, qui est différente de la température ambiante. En dessous de 5°C et au dessus de 35°C les lombrics meurent. Entre 15°C et 25°C ils sont dans de bonnes conditions et travaillent efficacement, la température idéale étant de 20°C à 23°C. En s’éloignant de ces pôles leur activité va être au ralenti et leur population risque de décliner. 

Stockés à l’extérieur dans un abri clos, la température à l’intérieur de ma vermicaisse était de 10°C. Ce n’est pas suffisant pour que les lombrics aient une activité nomale. Je n’ai donc pas eu d’autre solution que de les rentrer dans la maison. Après une demi journée passés à l’intérieur, la température est remontée à 19°C puis s’est stabilisée à 20°C.

Constat après un mois et demi passés au chaud :

  • Les lombrics sont bien plus nombreux. Des oeufs, des lombrics de toutes tailles (du minuscule à l’adulte) sont présents.
  • Ils sont devenus de vrai « gloutons », je les alimente deux fois par semaine sans compter les journaux (environ un demi Sud-Ouest) que je rajoute à chaque apport de déchets de cuisine.
  • Je constate que le niveau de la litière baisse régulièrement.
  • La litière à une autre consistance. Elle est devenue plus fine et plus fluide, tandis qu’auparavant elle restait compacte.
  • Fin janvier j’ai arrêté d’alimenter la vermicaisse. Les lombrics vont travailler pour composter toute la litière de la vermicaisse. Dans trois mois je devrai pouvoir récolter du compost.

Quelques remarques :

Après quelques réticences familiales la vermicaisse a trouvé sa place dans un recoin. Au bout de quelques temps on n’y prête plus attention dans la mesure ou il n’y a ni odeurs, ni moucherons. De plus les lombrics sont très « silencieux » et très « sages », je n’ai constaté à ce jour aucune fuite hors de la caisse. 

Le poids de ma vermicaisse pleine est de 19 kilos. La pesée a été effectuée juste après l’arrêt de l’alimentation. Ceci permettra de faire une comparaison avec le poids du compost récolté dans trois mois.

L’idéal pour prendre la température à l’intérieur de la litière est le thermomètre sonde (acheté chez Ikéa).

Article suivant : L’évolution du compost

Retour au dossier : Lombricompostage


Tags Lombric Lombricompostage Pas de commentaires


Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou créez un rétrolien depuis votre site. Vous pouvez également souscrire à ces commentaires par RSS. Merci de vous conformer à la netetiquette.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>