L'habitat éco-responsable

Construction bois et développement durable au quotidien

caisse-experimentale.jpgJ’ai fait le choix de passer par une association pour me lancer dans le lombricompostage. Après les nombreuses explications du responsable du lombricompost du Jardin Botanique de Bordeaux, je suis revenue à la maison avec ma caisse et mes vers. C’est une étape et du temps de gagné qui évite ainsi les mauvais choix pour la mise en route de la vermicaisse. Le cycle d’apprentissage se fait sur trois mois, de l’adaptation des vers au recueil du compost. Bien que la technique semble assez simple, quelques règles et procédures doivent être appliquées au cours des mois pour recueillir le vermicompost.

La caisse
C’est un modèle Ikéa en plastique qui a l’avantage de résister avec le temps. Elle est opaque et munie d’un couvercle pour éviter trop de lumière à l’intérieur, ce que détestent les vers. De taille très raisonnable (55X38x28cm) elle est choisie en fonction du nombre de ses habitants. Pour débuter, pas besoin de plus. Quelques trous (mais pas trop) sont percés sur les parois pour l’aération, indispensable à la survie de ses habitants. De nombreux modèles de caisse ont le fond percé pour un meilleur drainage ou sont munies d’un robinet pour recueillir le jus excédentaire. Ce n’est pas le cas ici. Par contre le taux d’humidité doit être contrôlé régulièrement. Si la litière est trop sèche on ajoute des bandes de papier ou carton humides, dans le cas contraire on ajoute des bandes non humidifiées qui vont absorber le surplus d’eau.

La litière
Elle est indispensable aux vers, elle recrée un milieu dans lequel il va trouver son équilibre pour vivre, se reproduire et composter. Cette couche d’une dizaine de centimètres, soit un tiers de la caisse environ se compose :

  • d’une couche de cartons humidifiés
  • d’une couche de marc de café et de thé qui ressemble à de la terre
  • d’une couche de vers dans du compost mi mûr

Au démarrage, la litière ne doit pas être arrosée, mais humidifiée avec des bandes de papier ou du carton humide. Une bonne litière doit être « grasse » au touché.

Les lombrics
On a tendance à parler de vers (terme le plus commun), mais en réalité ce sont des lombrics qui sont utilisés. D’où les appellations diverses qui en découle : vermicaisse, vermicompost ou lombricomposteur, lombricompost, etc… L’unité de mesure utilisée est le poids : 250g, 500g, 1kg de lombrics, on les compte rarement. Dans notre caisse il y en a 250g. Ce n’est pas beaucoup, mais si tout va bien ils vont se reproduire rapidement.
Il faut laisser aux vers le temps de s’adapter à leur milieu et au processus de se mettre en route (décomposition partielle des déchets). C’est pourquoi on les laisse au « repos » une semaine minimum sans aucun apport de nourriture. On recouvre la litière de carton pour garder l’humidité.

L’emplacement
Le choix de l’emplacement est important, ni trop au chaud, ni trop au froid et bien ventilé. Dedans ou dehors tout est possible : dans la cuisine, sur le balcon d’un appartement, dans le jardin. J’ai choisi pour ma part de les installer dans une remise attenante à la maison, protégée du soleil, du froid et ventilée. Quelque soit son choix, ce qui est important est la température. L’idéal est d’avoir à l’intérieur de la caisse une température de 20°/22°. A -5° ou +35° ils meurent.

Allez, si vous hésitez encore à vous lancer dans cette entreprise, sachez que les futurs logements du quartier écologique de Bordeaux seront équipés de « poubelles vivantes », comme c’est le cas déjà en Allemagne. Alors autant prendre un peu d’avance, et de bonnes habitudes.

Article suivant :  « Eisenia » le lombric composteur

Retour au dossier Lombricompostage


Tags Lombric 9 commentaires


9 commentaires

Je me rends compte que les vers que j’utilisais pour mes derniers essais de lombricompostage n’étaient pas les bons. Je les avais acheté dans un magasin de pêche.

Jardin Eco, le 30 septembre 2008 à 14:09

Je pratique depuis un an,avec succés ,lelombricompostage.
Convaincu que ce mode de compostage est une solution simple et efficace de valoriser lutilement ,les quelques 30 % déchets ménagers,naturellement recyclables contenus dans nos poubelles,je tente de populariser cette pratique.
Sur le Net,et en pratique dans mon p’tit coin de Normandie.
Je vous invite à venir découvrir le tout jeune site que je crée » la boîte à vers »consacré à cette pratique età y poster un éventuel message dans « le livre d’or » ou dans les rubrique.
Plus qu’un site perso,c’est surtout un outil de popularisation du lombricompostage que je tente de faire.
Vos expériences personelles,vos modéles de lombricomposteurs ,photos etc…sont les bienvenues sur ce site car elles peuvent intéresser et amener d’éventuels futurs lombricomposteurs à se lancer dans l’aventure.
Au plaisir de vous lire sur « la boîte à vers » http://jako.e-monsite.com/

jako, le 31 octobre 2008 à 13:10

j’habite pau,et je souhaiterai savoir où me procurer un lombricompostage et des lombrics
merci pour votre aide

paméla, le 15 février 2009 à 19:02

Vous pouvez acheter un kit : caisse et lombrics à l’association « Les Jardins d’aujourd’hui » à Bordeaux. Pour tout renseignement : Emeric Delanchy au 06 61 94 02 43. Sinon vous trouverez sur internet des « producteurs » de lombrics qui vous les envoie par la poste. Lire aussi mon article « Eisenia le lombric composteur » ou des lecteurs donnent des informations sur l’achat de lombrics.

Christèle, le 16 février 2009 à 09:02

merci à tous pour vos infos
coordialement
paméla

paméla, le 16 février 2009 à 19:02

j’ai envi de me lancer dans l’aventure
j’ai vu un lombricomposteur au jardin botanique de BX, cela n’a pas l’air compliqué
Cristelle , pourras -tu me fournir des Lombrics ?

catherine, le 28 octobre 2012 à 20:10

Installer un lombricomposteur n’est pas difficile, bien l’entretenir, c’est autre chose…
Ma population de lombrics s’étant largement multipliée, certains sont prêts à migrer dans une nouvelle maison.

Christèle, le 29 octobre 2012 à 11:10

Voici un mois maintenant que j’ai adoptée une famille de Lombrics.
Ils se sont bien adaptés et travaillent avec ardeur ; mon seul problème , ce sont de petites mouches genre drosophiles qui se sont elles aussi bien développées et m’envahissent un peu .
Cela vient -il d’un déséquilibre du milieu ? ou bien est-ce naturel ?
Que puis-je faire pour les éliminer « en douceur »?

catherine, le 28 décembre 2012 à 22:12

Catherine,
Ces petites mouches ne sont pas gênantes pour les lombrics mais effectivement gênantes pour nous. Je te conseille de rajouter du papier journal coupé en lanière et de le mélanger à la litière. Cela diminuera le taux d’humidité de ton lombricompost et évitera le développement de ces mouches. Autres conseils : toujours rajouter du carton ou du journal à chaque apport de déchets de cuisine pour justement gérer le taux d’humidité. Ne pas trop donner à « manger » à tes lombrics au début pour leur donner le temps de s’installer. Bon courage à toi!

Christèle, le 4 janvier 2013 à 08:01


Laissez un commentaire

Ajoutez votre commentaire ci-dessous, ou créez un rétrolien depuis votre site. Vous pouvez également souscrire à ces commentaires par RSS. Merci de vous conformer à la netetiquette.

Vous pouvez utiliser ces balises :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>